ou les rencontres
en chemin

Frederika et les peuples racines

November 17, 2017

 

Noël dernier, ma sœur m’offrit « Sagesse d’ailleurs pour vivre autrement » de Frederika Van Ingen. Elle m’avait dit : « Lis le. Il semble très proche de ce que tu recherches à faire avec Bochialki ». Je l’ai reçu deux jours avant de partir pour la Bolivie. Très heureuse de le découvrir enfin, je me suis vite rendu compte que par son grand format, l’embarquer avec moi était peu probable…

 

Les mois passèrent. A mon retour en France, je débutai sa lecture avec l’espoir inavoué d’y trouver une réponse à ce rapatriement. C’est assez difficile de mettre des mots sur l’expérience procurée par ce livre mais l’écriture de Fréderika et les récits des passeurs sont apaisants comme ces douces mélodies murmurées, du bout des lèvres, aux enfants pour calmer leur peur ou leur tristesse.

 

Il nous offre différents regards sur le monde et sur notre lien à la Nature tout en nous révélant des messages universels, harmonieux et simples.

 

L’envie de rencontrer Frederika et d’en savoir un peu plus sur les peuples racines fit, qu’un lundi d’octobre ensoleillé, aux chaudes couleurs d’automnes, je me rendis dans la Drôme.

 

Repenser son propre regard

Pour Frederika, l’envie d’écrire ce livre fut motivée par le souhait de réunir différents regards tout en présentant leurs fondements communs.

 

« En allant vers ces peuples racines, on requestionne forcément son regard sur le monde, on requestionne ses valeurs et peut-être finalement, son chemin de vie »

 

Des rencontres avec les onze « passeurs », Frederika nous amène sur un chemin intérieur afin de repenser sa propre relation à soi, aux autres et à la Nature. Chacune de ces onze histoires ont une origine semblable, un événement bouleversant qui, comme l’exprime Frederika, a fait « qu’ils sont redevenus presque des enfants et furent dans une position vulnérable dans laquelle, ils ont accepté de rentrer dans un regard complètement différent, d’oublier ce qu’ils avaient appris ».

 

Se découvrir soi pour trouver sa place et créer une relation harmonieuse à la Terre-Mère

Selon Frederika, les peuples racines ont une posture au monde, un état d’être fondé sur une certitude « tout est lié ». Quand un être humain arrive sur cette terre, c’est qu’il a une place. Il est accueilli tel qu’il est. Il est accompagné dans sa quête intérieure pour explorer ses émotions et découvrir sa place dans le groupe et ainsi, avec la Nature. Chaque communauté a ses propres façons de faire, ses propres rites.

 

Chez tous les peuples racines, travailler sur soi-même, comprendre ses émotions et ses ressentis va permettre à la réalité extérieure de s’incarner harmonieusement dans les relations avec soi-même, avec la collectivité et avec la Nature. Une relation apaisée à soi engendre une relation apaisée à l’autre puisque l’être humain s’épanouit dans le collectif et ainsi, une relation apaisée à la Nature.

 

Nous sommes nature, elle est en nous

Pour les peuples racines, la Nature est en eux. Ils vivent dans un environnement naturel et y sont reliés par les sens. Quand on est dans la nature et qu’il n’y a pas d’éléments parasites, le rapport à la Nature change. Frederika nous dit « on se met à écouter, à regarder, à sentir, à goûter le temps d’une façon différente… On retrouve une paix intérieure et une capacité de recevoir ce qu’il se passe ». Ainsi, en se mettant en relation avec ce qui nous entoure, on peut se demander ce que nous ressentons en nous, et découvrir un univers intérieur qui est le miroir du monde extérieur. Cette introspection offre un lien différent à la Nature, en nous permettant de se ressentir comme partie du grand Tout, dans lequel tout est relié.

 

Retrouver un peu d’humilité

Plusieurs fois, Frederika me parla d’humilité. Pour elle, « sans la Terre-mère nous ne sommes plus rien. On croit que l’on va pouvoir s’en passer. C’est un rêve ambitieux qui encore une fois renvoie au sentiment de toute puissance que l’humain cultive, quand il n’a pas eu l’expérience de l’humilité qui peut lui procurer un rapport direct à la nature ».

 

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
Please reload